mardi, septembre 25, 2007

Le Ciel m'attendra.

Le 25 septembre 2005, May Chidiac, présentatrice de journaux télévisés et animatrice de talk-shows était en visite chez des amis à Jounieh, au nord de Beyrouth. Au moment de démarrer sa voiture en quittant, un engin télécommandé et placé sous son siège explose.

C'est la première fois qu'une femme est la cible d'une tentative d'assassinat dans un pays où les meurtres à caractère politique sont légion.

Amputée d'un bras et d'une jambe, opérée à vingt-six reprises, avec pose de prothèses, elle suit plusieurs mois de rééducation en France avant de rentrer dans son pays le 11 juillet 2006. Elle y est accueillie comme une martyre, une héroïne, une reine. Une fête de courte durée car le lendemain, la guerre entre Israël et le Hezbollah est déclenchée.

« Je ne veux pas être victime. Je ne veux sentir à aucun moment que ceux qui ont commis cet attentat ont gagné. Ils n'ont pas gagné ! Je suis toujours là. Tout ce qui me passe par la tête, je le dirai. Les lignes rouges, je les dépasserai coûte que coûte. »

May Chidiac raconte son combat, celui d'une femme devenue un symbole de la liberté d'expression dans le monde arabe.

Un livre témoignage d'une force rare et d'une grande lucidité, écrit par une femme libre et courageuse qui raconte ses souffrances, ses engagements, ses colères et ses espoirs et qui dénonce les horreurs dans lesquelles est plongé son pays depuis plus de 30 ans.

May Chidiac, Amal Moghaizel Ed Florent Massot.

2 commentaires:

koikoi a dit…

courageuse et c'est vrai lucide
ca fait vraiment peur tous ca

mahéva a dit…

Des gens comme elle, il n'y en a pas beaucoup.