lundi, septembre 17, 2007

Des aveux qui dérangent.

«Je regrette qu'il soit politiquement inconfortable d'admettre ce que tout le monde sait : le principal enjeu de la guerre en Irak était le pétrole»

L'auteur de ces lignes n'est autre qu'Alan Greenspan, ancien président de la Réserve Fédérale américaine.

Ce qui était donc un secret de polichinelle est maintanant revendiqué à haute voix.
Après Paul Wolfowitz, selon qui l'argument des armes de destruction massive n'était q'un "prétexte bureaucratique", voici qu'un autre haut responsable américain passe aux aveux.

Le Sécrétaire à la défense, Robert Gates a démenti les propos de Greenspan. Il déclare à ceux qui veulent l'entendre : «Je pense que l'enjeu est avant tout la stabilité dans le Golfe. L'enjeu ce sont les États voyous qui essaient de développer des armes de destruction massive. L'enjeu ce sont les dictateurs agressifs» et d'ajouter : «Après tout, Saddam Hussein avait mené des guerres contre plusieurs de ses voisins. Il essayait certainement de développer des armes de destruction massive lorsque nous sommes arrivés en 1991».

Il n'omet pas cependant de préciser au passage qu'il n'était pas en poste lorsque la décision a été prise de lancer l'intervention en Irak.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

admettons, c quoi l'interêt de lancer cette guerre pour le petrole :
- il est à 80USD et il va probablement monter à 100USD
- l'irak est hors circuit (perolier) pour un bon bout de temps
- il est presque sur que le prochain régime Irakien ne sera pas pro-US
- les voisins de l'Irak (eux aussi petrolier) sont devenus très instables
- les US auraient pu facilmement se mettre d'accord avec Saddam (type accord avec Kaddafi)

conclusion si les US ont vraiment lancé cette guerre pour le petrole :
- il sont vraiment cons
- ou il ya qq chose qui nous echappe (c nous les cons)

Téméraire V5.0 a dit…

Mais non, la guerre s'était pour la démocratie, jamais pour le pétrole.

@anonyme:
Ce n'est pas questions de CON, mais je pense qu'ils se sont fait des faux calculs, des mauvais scénarii et des situations totalement imprévisible.

Anonyme a dit…

@ téméraire
brabbi temeraire j'espère que tu plaisante "la guerre pour la démocratie" est la plus funeste blague de l'histoire
j'ai beau refléchir aux raisons de cette guerre je n'en trouve aucune de logique
si on sort de la logique on peut en trouver plusieurs :
- washington est infesté d'Ayatollah de l'évangélisme et tout comme les ayatollah de Téhéran cherchent à précipiter et à se préparer au retour du Mahdi ceux de Washington cherchent à precipiter et à se préparer à l'Armageddon
ça semble farfelu comme ça mais quand tu vois par expemle le directeur de la NSA (un evangélsite convaincu) qui interprete publiquement une photo aérienne en y voyant la présence du diable tout devient crystal clear comme ils disent

Téméraire V5.0 a dit…

@Anonyme:
BIEN SÜR QUE JE PLAISANTE !!!!!.

tu peux me donner un lien à propos de l'histoire du diable et du Directeur du NSA

Anonyme a dit…

j'ai lu ça sur le figaro magazine y a qq mois je te cherche une ref sur internet et je reviens vers toi
ce qui m'inquiete c que le quidam est maintenant drecteur de la CIA
rien que ça un autre ayatollah

ASHTAR a dit…

@ Anonyme:
Mais reflechi un peu :
- Bush est un texan ,plus le prix du baril de petrol monte plus les texans gagnent de l'argent .
- Plus l'Irak et la region du golf sont déstabilisées moins l'offre de petrol sera importante , plus le prix de petrol augmente et plus les texans gagnent de l'argent .
- les USA sont la super puissance de ce monde : tous doit se faire en fonction de leurs interets pecuniers .Ils tirent profit du bonheur et des malheurs des autres . Ils arment les dictateurs pour faire la guerre (en vendant des armes ),et ceci en gagnant de l'argent ;mais apres la guerre ils envoient les entreprises et donnent des credits pour reconstruire ce qui a été detruit par la guerre .
-Les usa n'ont besoin de personne et ne se mettent d'accord avec persoone .Avec Kaddafi ce n'est que provisoir .

Je suis d'accord avec toi beaucoup de choses nous echappent ,mais pas tant que ça . Tant que nous gardons en ligne de mire LES INETERETS DES ENTREPRISES AMERICAINES EN TERME DE CHIFFRE D'AFFAIRE OU EN TERME DE COUTS DE PRODUCTION (ACCORD DE KYOTO NON RATIFIE) OU EN TERME DE MARGE BENEFICIERE (prix du petrol); ,nous pouvons entrevoir les axes de developpement de cette politique .

ASHTAR