mardi, août 14, 2007

Liban ; Silence, on tue.

Le Liban détient un macabre record. C'est celui des assassinats politiques. Aucun pays n'en a connu autant au cours de son histoire contemporaine. Le meurtre y ressemble à une autre manière de faire la politique.

Je vous propose, par ordre chronologique une liste qui se veut exhaustive des assassinats politiques perpétrés au Pays du Cèdre depuis 1930.

Vous serez gentils de me pardonner ( et de me rappeler) toute omission.

  • Fouad Joumblatt chef des druzes et gouverneur du Chouf ( Il est le père de Kamal Joumblatt et le grand-père de Walid Joumblatt). Il a été assassiné le 6 août 1931.
  • Riyad As-Solh, le premier des premiers ministres après l'indépendance du Liban. Il a été assassiné à Amman en Jordanie le 17 juillet 1951 par le Parti Social Nationaliste Syrien.
  • Le leader nationaliste Maarouf Saad, assassiné le 26 février 1975 lors d'une manifestation de pêcheurs à Saïda.
  • Kamal Joumblatt chef druze, fondateur du Parti Socialiste Progressiste (PSP), assassiné par balles le 16 mars 1977.

  • Tony Frangié, flis de l'ancien président Soleimen Fanjié assassiné avec de nombreux autres membres de sa famille le 13 juin 1978 lors d'un raid organisé par les Forces Libanaises .


  • Bechir Gemayel, Président de la République fraîchement élu. Il a été assassiné le 14 septembre 1982.

  • Cheikh Ragheb Harb, l'un des fondateur du Hezbollah, assassiné par l'armée israélienne le 16 février 1984.

  • Rachid Karamé, plusieurs fois premier ministre, assassiné le 1er juin 1987 par une bombe posé sous le siège de l'hélicoptère qui le ramenait de Beytouth à Tripoli, sa ville natale. L'attentat a été attribué aux Forces Libanaises.



  • René Moawad, tué dans un attentat à la voiture piégée le 22 novembre 1989. Il avait pris ses fonctions de Président de la République 17 jours auparavant.


  • Le 21 octobre 1990, Dany Chamoun, fils de l'ancien président Camille Chamoun, sa femme et ses deux enfants sont assassinés par balles chez eux.


  • Abbas Moussaoui, leader du Hezbollah, assassiné par l'armée israélienne le 16 février 1992.




  • Elie Hobeika, ancien minisitre et ancien chef phalangiste, tué dans un attentat à la voiture piégée le 24 janvier 2002 à quelques mètres de son domicile.


  • Rafiq Hariri, ancien premier ministre, assassiné dans un attentat à la voiture piégée ayant secoué Beyrouth le 14 fevrier 2005.


  • Bassel Fleihan, député et ancien ministre. Il était dans la voiture de Raik Hariri au moment de l’attentat du 14 février 2005. Gravement brûlé, succombera à ses blessures à Paris 64 jours après l’explosion.


  • Samir Kassir historien, journaliste, assassiné le 2 juin 2005 par une bombe placée sous le siège de sa voiture


  • George Hawi, ancien secrétaire général du Partie Communiste Libanais, assassiné le 21 juin 2005 par une bombe placée sous le siège de sa voiture.


  • Gébrane Tuéni, député, directeur du quotidien "Annahar", assassiné le 12 décembre 2005 lors d'un attentat à la voiture piégée à Beyrouth quelques heures après son retour de Paris où il s'était réfugié de crainte d'être pris pour cible .


  • Pierre Amine Gemayel, député et ministre de l'industrie, assassiné par balles le 21 novembre 2006. Il avait 34 ans.


  • Et le dernier en date, le député Walid Eido assassiné avec son fils le 13 juin 2007 dans un attentat à la voiture piégée, en plein Beyrouth, à sa sortie d'un club de sport.



4 commentaires:

Hamadi a dit…

la liste est plus longue, on peut y ajouter moussa sadr le fondateur de Amal disparu mysterieusement de la libye (Dans une époque ou la libye était un acteur sur le marché de la mort libanais)

Téméraire V5.0 a dit…

Pauvre Liban le pays de Martyrs.

Legend Of The Fall a dit…

Well done Citizen. But the problem is why the bigget percentege of those killed, were against Syria? You forgot others but they survived such as Minister Marwen Hmada & journalist May Chadyek.

CITIZEN a dit…

@ hamadi : je n'ai parlé que de ceux qui ont été tués. L'Imam Moussa Sadr est porté disparue depuis un quart de siècle. Les circonstances de sa disparition ne sont toujours pas élucidées. Personne ne sait par ailleurs s'il est encore en vie ou pas.

@ Téméraire : pays des martyrs au point qu'on est arrivé à parler de martyrs vivants ( pour ceux qui ont survécu aux attentat).

@ legend of fall : je ne les ai pas oublié, mais je n'ai inclu que ceux qui sont morts. Autrement, la liste aurait été plus longue ( Elyes Al Murr aussi, mais avant eux, Walid Joumblatt pendant la guerre civile, Pierre Gemayel père la veille de cell-ci etc...)