lundi, juin 11, 2007

Adolf Hitler (1889-1945).


Hitler, la simple évocation de ce nom fait trembler. Et pour cause : il a engendré le nazisme : un régime totalitaire raciste qui a dominé l'Allemagne entre 1933 et 1945, et dont la barbarie constitue, au xxe siècle, une rupture radicale dans l'Histoire.
Mais comment un homme médiocre, peintre raté, a-t-il pu s'élever à la tête d'un des plus grands États d'Europe et déclencher la Seconde Guerre mondiale ?
Né en Autriche d'un père douanier, Adolf Hitler, après avoir été refusé deux fois à l'Académie des beaux-arts, mène une vie de bohème dans la capitale viennoise. Pour échapper à cette existence errante, il s'engage dans l'armée et s'illustre pendant la Première Guerre Mondiale. Profondément marqué par la défaite, humilié par l'armistice de 1918, Hitler trouve dans le NSDAP (parti national-socialiste des travailleurs allemands) l'expression organisée de son nationalisme revanchard. À la tête de ce mouvement d'extrême droite, il tente, en 1923, de prendre le pouvoir à Munich lors du « putsch de la brasserie ». Emprisonné, il écrit Mein Kampf (1924) où il expose ses théories racistes.
La crise économique provoque un désarroi dans la société allemande des années 30. C'est alors que surgit Hitler, captant l'attention par ses talents d'orateur alliés à un réel charisme. Le NSDAP, groupuscule nazi, devient un parti de masse. Le 30 janvier 1933, le vieux maréchal Hindenburg nomme Hitler chancelier du Reich. À peine au pouvoir, Hitler dissout le Reichstag et organise de nouvelles élections. L'incendie du Reichstag (1933) permet à Hitler de faire arrêter des milliers d'opposants. Afin de rassurer les milieux d'affaires, Hitler élimine l'aile gauche de son mouvement, incarné par les SA et leur chef Ernst Rôhm, lors de la Nuit des longs couteaux (1934).
Le 2 Aout 1934, date de la mort du maréchal Hindenburg, le Reichtag vote une loi fusionnant les fonction de président et celle de chancellier.
Le premier objectif d'Adolf Hitler est de récupérer les territoires germanophones. Il profite de la faiblesse des démocraties occidentales (accords de Munich, 1938) pour envahir la Rhénanie, l'Autriche (Anschluss), les Sudètes. La pénétration des troupes allemandes en Pologne déclenche la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939.
Entouré de ses fidèles lieutenants Goebbels, Gôring et Himmler, le Führer élève au rang de doctrine d'État l'antisémitisme : les Juifs sont obligés de porter l'étoile jaune, interdits d'exercer un métier, contraints de se regrouper dans des ghettos. Un plan d'extermination industrielle et systématique des handicapés, des Juifs, des communistes, des Tziganes, des Francs-Maçons, des homosexuels est mis au point.
Avec l'entrée des États-Unis dans le conflit (1941) et le reflux des forces allemandes à Stalingrad (1943) Hitler sent son pouvoir vaciller. Devant l'avancée de l'Armée rouge, il se réfugie dans un bunker à Berlin et se suicide en compagnie de sa maîtresse Eva Braun le 30 avril 1945.

1 commentaire:

Frank a dit…

Adolf Hitler aurait pu être un grand chef d'Etat ! Mais l'intelligence et la bêtise n'ont cessé de cohabiter chez ce psychopate !
Hitler a su séduire la foule, les Allemands par ses discours savament étudiés, il a su caresser leur fibre patriotique! Si la crise de 1929, a permis à ce criminel d'être soutenu par une grande partie des Allemands (les nationalistes, les antisémites, les financiers craignant le "péril rouge" etc...) et d'obtenir le pouvoir suprême, il a en fait mené son peuple et une grande partie de l'humanité au chaos, à la déchéance et leur a causé une telle soufrance que son nom sera maudit encore pendant des siècles !
Il n'y a pas pour moi de "mystères Hitler" ! Pour nombre d'historiens en effet il paraît surprenant qu'un raté, un marginal comme Hitler ait pu devenir chancelier d'Allemagne, et un des principaux protagonistes du XXe siècle ! Mais se serait méconnaître les capacités et les ressources qui pointent en chaque homme, eut-il été un pervers amoral !
Cependant on doit reconnaître qu'Hitler n'a pas eu tort de mettre les communistes de son pays hors d'Etat de nuire, ces gens là étaient des traîtres fidèles à Moscou et qui aurait affaiblit l'économie allemande et européenne s'ils avaient prit le pouvoir ! Hitler su aussi réstaurer l'économie de son pays en prenant des mesures keynesiennes. Mais il est certain que le mal qu'il fit le remporte sur tout le bien dont il est à l'origine ! C'est il rendu compte à la fin de son règne sanglant que la shoah était une aberration ?! Qu'aucun peuple n'a le monopole de la méchanceté et de la fourberie ?! Lui qui réussit à corrompre les Allemands et à en faire les complices de son entreprise criminel !