vendredi, février 01, 2008

L'autre usage des TIC : le SMS pour divorcer.

La répudiation n'a plus de place en Tunisie depuis la promulgation, le 13 août 1956 du Code du Statut Personnel (CSP).
Cette pratique continue cependant de sévir dans la plupart des pays musulmans, et ce conformément à une certaine vision pour le moins anachronique de la loi dite musulmane. Le passage devant la justice n'étant pas indispensable, une déclaration unilatérale ( du mari) est suffisante pour mettre fin au mariage.

L'histoire se passe au Caire où, une ingénieure prénommée Iqbal a reçu après avoir manqué un appel téléphonique de son mari un SMS disant : «je divorce car tu n'as pas répondu à ton mari».

Source.

4 commentaires:

Massir a dit…

Yarham Tahar Hadded, Bourguiba... et tous ceux qui ont contibué à "libérer" la femme tunisienne!

Carpe Diem a dit…

A quand le mail de divorce?

non au divorce a la tunisienne a dit…

Tu crois quand même pas qu'on divorce sur un coup de tête .Sa décision était mûrement réfléchis .
Mais entre le divorce made in tunisia qui stipule que l'homme à toujours tort même si la femme quitte le domicile conjugual ou pour n'importe quelle autre motif même si le divorce se fait à la demande de la femme et lui doit par conséquent une rente ou un capital et ce type de divorce à l'égyptienne, il doit bien exister quelque chose d'autre .
Je me rappele avoir lu quelque chose sur la demande de divorce d'une égyptienne pour une histoire d'odeur de son mari .

nasr a dit…

"le divorce made in tunisia qui stipule que l'homme à toujours tort même si la femme quitte le domicile conjugual ou pour n'importe quelle autre motif même si le divorce se fait à la demande de la femme et lui doit par conséquent une rente ou un capital"

J'ose espérer que ceci ne peut, en aucun cas, être une lecture digne de ce nom de la législation tunisienne en ce qui concerne le divorce.